30/09/2017

Florilège de sites pour une nouvelle saison

Infos.culteurs
Toit, tunnel ou terminus de métro, la seconde saison de l’appel à projets des Parisculteurs réserve quelques belles surprises aux candidats : dans les hauteurs, mais aussi dans les profondeurs de la capitale, en tout 43 nouveaux lieux attendent d’être cultivés sans plus tarder. Découvrez quatre de ces espaces hors du commun, en compagnie de Joachim Delpech, chef du projet Parisculteurs à la Direction des espaces verts et de l’environnement de la ville de Paris.
Plein soleil, avec le collège Modigliani
Dans le 15e arrondissement, les élèves du collège Modigliani peuvent se réjouir, leur établissement scolaire s’apprête en effet à accueillir des plantations. “C’est une très belle surface, de belle taille, sans ombre, et qui supporte les plantations en pleine terre. Elle peut donc être intéressante pour développer tous types d’agriculture urbaine, pour un exploitant qui pourra rentabiliser son modèle économique.” Par ailleurs, le toit, situé à proximité d’autres espaces verts tels que le parc Georges Brassens, permettra à l’avenir de renforcer la trame verte de l’arrondissement.

Avec vue sur Notre-Dame et sur le Panthéon  : l’Université Panthéon-Sorbonne
Il y aura peut-être bientôt des champs en plein cœur du quartier latin ! Dans le 5ème arrondissement, c’est à deux pas du Panthéon et de la rue Soufflot que se situent les bâtiments administratifs de la vénérable Sorbonne. Pour sa première participation à l’aventure des
Parisculteurs, l’institution parisienne offre près de 1000 m2 de toiture aux jardiniers urbains : “Le personnel de la fac’ est très motivé et incarne bien cette nouvelle dynamique environnementale impulsée par les Parisculteurs. En plus, c’est un toit qui a la chance d’être très bien exposé.” Avis donc aux porteurs de projet qui en plus de l’ensoleillement, auront droit à une autre surprise agréable : une vue imprenable sur la cathédrale de Notre-Dame et sur le Paris rive gauche…

Sous terre : la boucle de retournement Van Dyck

On le connaît davantage pour sa rotonde ou son saule pleureur : sous les calmes bosquets du parc Monceau, se cache pourtant… la boucle de retournement d’un métro ! Derrière les grilles de ce jardin du 8e arrondissement, seule une discrète bouche d’aération avertit le promeneur de la présence, en sous-sol, de l’ancien terminus de la ligne 3. En réalité, c’est tout un ancien centre de formation qui se dissimule sous les pelouses du parc. Avec ses nombreuses salles, ce site atypique du Paris souterrain ne manquera pas de faire phosphorer l’imagination des Parisculteurs : “C’est un énorme site indoor auquel on peut imaginer de nombreux débouchés. Du maraîchage en sous-sol à la production de spiruline, cette forme d’agriculture urbaine colle bien à la philosophie des Parisculteurs, car elle permet de valoriser des sites souterrains.”

Un hectare à la Cité des sciences et de l'industrie
La Géode, un sous-marin et peut-être bientôt les tunnels de culture d’une ferme urbaine ? Au creux du parc de la Villette, la Cité des Sciences et de l’Industrie met 1 hectare de son site à la disposition des Parisculteurs : “Avec un tel lieu, cela permet de tout imaginer : il y a des secteurs en pleine terre, des terrasses qui entourent le bâtiment, bref, toute une typologie d’espaces qui multiplie les possibilités.” Quant aux synergies à inventer avec le musée et son personnel, elles sont là encore innombrables : “La Cité des Sciences est un lieu très évocateur, qui parle de progrès, nous sommes donc très heureux de pouvoir la compter parmi les sites des Parisculteurs.”

#parisculteurs