19/06/2018

Parisculteurs 2 : Des projets pour tous les goûts

Vin naturel ou plutôt tisanes ? Les nouvelles cultures des Parisculteurs promettent d’étonnantes récoltes, toujours avec vue sur la Tour Eiffel.
Tour d’horizon des produits qui bientôt se récolteront sur les toits et dans les sous-sols de Paris.
Aussi incroyable que cela puisse-t-il paraître, un champ de safran poussera dans Paris, dès 2019. Une safranière est en effet l’un des projets lauréats de la seconde édition des Parisculteurs : si elles sont délicates à récolter, les fragiles étamines du crocus nécessitent par contre peu de terre pour pouvoir pousser. Leurs filaments jaunes se récolteront bientôt sur le toit du Monoprix Bièvre (Paris Habitat et Monoprix), dans le 13e arrondissement. Si la maraîchage reste en effet souvent le cœur de métier des lauréats de l’appel à projets, certains ont osé innover. Tisanes ou même, qui sait, vin naturel, il en aura pour tous les goûts : des vignes s’apprêtent en effet à s’installer au Bois de Vincennes (Le Trot), avec pour objectif la production de 17 tonnes de grappes de raisins. Chez les Parisculteurs, l’innovation est aussi technique : c’est notamment le cas de la Florentaise, qui installera ses 1 000 000 de plantes en pots sous éclairage LED… sous le parc Monceau : en sous-sol, l’ancienne boucle de retournement d’une ligne de métro mise à disposition par la RATP, énorme site indoor, n’a pas manqué de faire phosphorer l’imagination des candidats. Les huiles essentielles et autres macérats font également leur apparition, puisque sur la toiture du collège Modigliani la production de fleurs et d’herbes servira à la fabrication de cosmétiques par la société ODEN. Enfin, des fleurs coupées seront aussi cultivées dans Paris : la Ferme florale urbaine et la société Mugo permettront aux Parisiens d’avoir chez eux des bouquets made in Paris, sans fleurs coupées importées… On leur dit bravo ?

#parisculteurs