09/10/2018

Un potager inauguré sur le toit de l’Opéra Bastille !

Un dédale de couloirs, encore quelques marches, et soudain, le génie de la Bastille apparaît, perché sur sa couronne dorée. “Merci de nous accueillir sur le plus joli toit du monde,” s’exclame Anne Hidalgo, la Maire de Paris. Le toit de l’Opéra-Bastille est sans doute l’un des plus beaux points de vue sur la capitale… et il a désormais son potager !
Ce samedi 22 septembre 2018, on y inaugure les 2 500 m2 de planches potagères cultivées par l’entreprise Topager, lauréate de la première saison des Parisculteurs : “Cultiver des légumes sur les toits d’un des hauts lieux de la culture à Paris. Cela peut paraître anecdotique et pourtant, c’est précisément ce que nous, maires, nous efforçons de faire : cultiver la ville !”
Sous les ailes du génie de la Bastille, des rangées de salades, pâtissons, haricots : ici, pas d’engrais chimiques, mais des associations de légumes poussant en bonne harmonie, alors près du buffet, on croque de bon cœur la tomate-cerise. Le personnel de l’Opéra aura lui la chance de les savourer à l’année, dans les paniers bio qui seront produits grâce à ce maraichage d’altitude. “Les salariés sont très attachés à ce projet,” explique Stéphane Lissner, directeur de l’Opéra de Paris. C’est une belle manière de fêter, l’année prochaine, les 350 ans de l’Opéra et les 30 ans de notre maison.”

D’autant que le projet ne s’arrête pas à la toiture et voit ses ramifications se prolonger, plus bas, jusqu’au trottoir de la rue de Lyon: sur 75 mètres de long, des plants de houblon tendent leur tige. “ Nous sommes très contents de voir le houblon prendre ses aises sur la façade, car c’était un espace jusqu’alors délaissé qui crée aujourd’hui un lien avec la promenade plantée ” rappelle Catherine Baratti-Elbaz, Maire du 12e arrondissement. Car le toit abrite aussi une partie micro-brasserie, afin de brasser une bière locale. Pour Frédéric Madre, co-fondateur de l’entreprise Topager, cette inauguration au sommet n’est que le début de l’aventure : objectif, pérenniser, sur le toit de l’institution parisienne, deux à trois emplois de maraichers. Enracinée pour longtemps grâce à une convention sur 12 ans, cette mission “culturelle” d’un nouveau genre devrait porter chaque année ses fruits… et ses légumes. “ Ce projet est une très belle illustration de la démarche Parisculteurs ”, souligne Pénélope Komites, Adjointe à la Maire de Paris en charge de l’agriculture urbaine, “ Grace à l’Opéra et à Topager, Paris compte un nouveau potager avec une vue exceptionnelle !

#parisculteurs