04/07/2017

Rencontre avec la start-up Cycloponics

Parisculteurs 2
À Paris dans le 18e arrondissement, Porte de la Chapelle, la première ferme souterraine de France s’apprête à installer ses aires de culture dans l’ombre d’un parking abandonné. En attendant que champignons Shitake, endives et pleurotes n’envahissent ses 3000 m2 sous terre, nous avons rencontré Théophile Champagnat, fondateur de la start-up Cycloponics avec Jean-Noël Gertz.
Quand l’agriculture urbaine s’installe sur les toits, vous choisissez les parkings : pourquoi ?

En ville, les surfaces sont petites et il est donc compliqué d’être rentable, à moins de réussir à rester productif toute l’année, dans un environnement contrôlé. Le parking, qui nous affranchit des aléas du climat, rend cela possible. Sur un toit, il faudrait construire une serre, ce qui équivaudrait à un investissement de plusieurs milliers d’euros au m2. Or les toits ne sont pas des structures adaptées à l’agriculture urbaine, il faut donc pouvoir les mettre en conformité pour qu’ils puissent ensuite accueillir une centaine de kilos d’engins et de terre, voire une serre, ce qui peut devenir très couteux. Et lorsque l’on souhaite faire du volume, cela s’avère aussi très difficile question logistique : être rentable lorsque l’on doit monter dix étages, c’est compliqué ! A contrario, les parkings sont déjà conçus pour accueillir des véhicules. De la sécurité des accès aux risques d’incendie, tout a déjà été prévu. Ce sont donc des endroits plus appropriés pour l’accueil d’un matériel agricole lourd. Au final, c’est presque plus simple d’y planter des légumes que d’y garer des voitures.

Un parking, drôle d’endroit pour cultiver des légumes… ce n’est pas trop pollué ?

Pas du tout. Nous avons aussi fait des analyses de l’air et des surfaces du bâtiment qui prouvent que nous pouvons nous y installer sans problème. En plus de cela, un gros travail de nettoyage est en cours. L’objectif, c’est d’y cultiver des plantes qui n’ont que peu ou pas du tout besoin de lumière, comme les endives ou les champignons, Shitake ou pleurotes, mais aussi des plantes aromatiques, comme du persil ou du basilic sous des lampes horticoles. Ajoutons que si la question de la pollution est importante en ville, un parking est un environnement clos, où nous pouvons donc nous permettre de filtrer la qualité de l’air ambiant.

Comment définiriez-vous votre métier, celui d’agriculteur urbain ?

Nous nous définissons simplement comme des agriculteurs. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il n’y a pas de grosse différence entre un agriculteur urbain et un exploitant conventionnel. L’agriculture urbaine s’est développée en relation avec la problématique d’accessibilité au foncier, mais les techniques restent les mêmes qu’à la campagne, il faut juste savoir les transposer. Notre réel avantage, c’est donc notre proximité, des produits ultra-frais et récoltés le jour même, car tous nos consommateurs se trouvent à portée de main. C’est donc une agriculture décarbonée, avec des technologies dont certaines sont à réinventer, mais qui peut être tout aussi productive. De notre côté, nous parlons de dizaines de tonnes de légumes par an…

#parisculteurs