Les toits de Saint-Denis “présents à l'appel”

Parole d'élu
Entretien avec le maire, Laurent Russier.
Pourquoi participez-vous à cette seconde saison des Parisculteurs ?
La 1ére édition de Parisculteurs a été un succès.
A Saint-Denis, nous revendiquons haut et fort notre volonté d’intégrer de la nature en Ville et de développer l’agriculture urbaine. Saint-Denis est une ville où la nature est fortement présente avec  le parc de la Légion d’Honneur en cœur de ville,  la parc Georges Valbon et de nombreux squares et espaces verts. Par ailleurs St Denis compte un nombre très important de jardins ouvriers et soutient une centaine de jardins associatifs et citoyens.
Cet appel à projet Parisculteurs 2 était donc une belle occasion de continuer ce que la ville prône au quotidien, la nature en ville, une priorité municipale !
De plus, je trouve cela pertinent d’avoir une « continuité verte » entre Paris et Saint-Denis, dans le cadre de la Métropole du Grand Paris

Qu’attendez-vous de cette participation ?
Début septembre, nous avons signé avec les Fermes de Gally une convention qui  a permis à 3,7 ha de cultures maraîchères en pleine ville d’être reprise après le départ en retraite d’un maraicher de Saint-Denis, c’est le projet de la Ferme urbaine de Saint-Denis.
Nous avons même inscrit cette zone dans le PLU (plan local d’urbanisme) cette zone afin qu’elle soit préservée.
Aussi, cette participation à l’appel à projets Parisculteurs 2 doit permettre à notre Ville, dans la continuité du projet de la Ferme Urbaine de Saint-Denis , de sensibiliser encore plus les habitants à l’agriculture urbaine et à l’importance de la nature en ville dans une démarche collective.

Quels sites avez-vous sélectionnés pour cette édition ?
Plusieurs sites étaient concernés mais nos deux lauréats sont La Bourse du Travail et le Bâtiment Administratif. Le premier est considéré comme la maison des syndicats et accueille aujourd’hui de nombreuses associations du territoire et le second accueille la grande majorité des agents municipaux qui œuvrent chaque jour au bon fonctionnement de notre ville.

Comment allez-vous intégrer ces nouveaux espaces d’agriculture urbaine dans la ville ? Comment allez-vous les faire connaître ?
Ce sont deux bâtiments emblématiques de la Ville puisqu’ils accueillent nos habitants, nos agents municipaux nos associations et nos élus. Ces deux sites permettront ainsi de sensibiliser un grand nombre d’acteurs aux enjeux des circuits courts, de « consommer local », ou encore aux problématiques du gaspillage alimentaire et du réchauffement climatique.


Pensez-vous que le Grand Paris puisse être un Grand Paris agricole ?
Le Grand Paris doit forcément être un Grand Paris agricole. C’est un enjeu majeur pour les populations aujourd’hui. Un Grand Paris respectueux de l’environnement et  du climat est nécessaire. Un Grand Paris comme promesse d’un avenir meilleur permettra une adhésion collective au projet du Grand Paris autour d’un enjeu crucial.

À titre personnel, le jardinage et vous… ?
Mon agenda de Maire ne me permet malheureusement pas de m’occuper d’un potager mais je fais régulièrement mon marché à Saint-Denis. Le 1er marché d’Ile de France où on peut trouver de bons produits maraichers qui proviennent des agriculteurs locaux. Je le recommande à tous, il a lieu les mardis, vendredis et dimanches. 

#parisculteurs